28 mars 2013

Dans ma librairie préférée…

Je devais aller récupérer une commande d’un livre en anglais aujourd’hui. Cela tombe bien, il pleuvait ce matin (il pleut toujours d’ailleurs). ­« Tombe bien», oui parce que, quelque part, pour moi la pluie et mes livres sont amis… ils se liguent parfois pour m’offrir des moments précieux de lecture enroulée dans une couverture douce, chaude et moelleuse, une tasse de thé ou de tisane à portée de main.

Bref, je m’égare.

Donc je récupère mon livre à l’accueil de ma librairie indépendante préférée, un nouveau Toni Morrison, pour suivre la lecture de celui-ci puis, forcément, un tour rapide dans le rayon des romans. J’aperçois un Doris Lessing sur une des tables. Un coup de cœur de mes libraires adorés. Cela me fait penser à un statut facebook de Sundance Channel France, une de mes seules chaînes-cultes (à part les chaînes ciné et Arte rien ne trouve grâce à mes yeux à la télé) qui mentionnait un film avec deux actrices connues dont le nom m’échappe là (une des deux étaient peut-être Naomi Watts mais j’ai un doute) et qui était une adaptation de Doris Lessing. Je m’étais dit alors, en lisant ce statut,  justement je souhaitais lire au moins un des romans de cet auteur. Pour la place et la réflexion de la femme. Donc ce n’est pas le coup de cœur posé sur la table que je choisis mais, en allant voir de plus près dans les rayonnages de la librairie, j’ai déniché un petit Lessing dont le sujet a tout de suite fait « tilt ».

Et puis au rayon papeterie, un joli bloc de feuille présentant Mouk et ses amis. Pour mes enfants qui me réclament souvent « des petits papiers carrés » et qui adorent Ariol (surtout la version animée), aussi du papa de Mouk.

Ainsi s’achevait mon passage d’une bonne vingtaine de minutes dans ma librairie préférée.

12 commentaires:

  1. Que du bon à ce que je vois!
    Je n'ai lu qu'un seul Lessing dans ma vie (The Cleft) et j'ai trouvé ça tellement mauvais et niais que je n'ai jamais réitéré. Je pense que c'était une rencontre malheureuse, il faudrait que j'essaie de lire quelque chose d'autre d'elle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton appréciation. Pour ce qui est de Doris Lessing, il semblerait que la qualité de ses écrits divise, j'ai lu des choses similaires à ce que tu en dis et aussi du très bon (même une phrase de Joyce Carol Oates disant, à propos d'un de ses romans, qu'il a été fondateur pour elle-même et les femmes de sa génération)... Je me ferai enfin mon opinion mais, en tout cas, le sujet de celui que j'ai pris me semble prometteur et pourrait t'interpeller toi aussi ;)

      Supprimer
  2. Ah comme j'aime ces moments passés en librairie, on y va pour un livre précis et on parvient toujours à trouver des petits bonus !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime énormément Doris Lessing. C'est une très jolie plume et une femme d'une humanité magnifique. Je n'ai pas lu Victoria et les Staveney, qui me tente beaucoup, mais je te conseille à 300% Le journal d'une voisine (une femme surbookée dans la quarantaine lie amitié avec une très vieille dame et découvre que la vie est infiniment plus riche, plus sale, plus douloureuse, plus vraie qu'elle ne le pensait) ; Alfred et Emily (elle imagine la vie de ses parents s'ils ne s'étaient pas rencontrés) et Les grand-mères (qui est justement adapté en film).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je te remercie Céline pour les titres. Oui, c'est au dernier que je faisais référence, qui sort bientôt au cinéma...

      Supprimer
  4. Je n'ai pas encore lu Doris Lessing. Ma soeur avait dû la lire en 2e année de DEUG d'anglais (The Memoirs of a Survivor). Elle n'avait pas aimé du tout, alors je n'avais jamais tenté. Et puis elle a eu le prix Nobel et j'ai noté The Golden Notebook. Il ne me reste plus qu'à l'emprunter à la bibliothèque. J'attends ton avis donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je mettais plus haut, elle divise particulièrement...

      Supprimer
  5. J'avais adoré Le Carnet d'or de Doris Lessing et c'est à peu près tout puisque je n'avais pas aimé Les grand-mères et abandonné Alfred et Emily, je pense que certains auteurs sont capables du meilleur comme du pire mais ce n'est que mon humble avis ! ;)

    RépondreSupprimer
  6. Je pense que tu fais référence à : Perfect mothers qui est tiré d'un roman de Doris Lessing, une histoire d'inceste qui avait déjà fait polémique à la sortie du roman.

    RépondreSupprimer
  7. J'aime ces récits de visite en librairie, ces livres que l'on trouve sans les avoir cherchés.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,je viens de parcourir votre blog,j'ai beaucoup aimé....j'ais déjà traité un site comme ca
    http://deco-bapteme.blogspot.com

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me déposer ici un petit pli...