4 janvier 2011

Le journal d’un fou – Nicolas Gogol

  Avksenty Ivanovitch, le héros de cette nouvelle de Gogol, est un noble qui travaille au Ministère. Sa tâche principale semble être de tailler les plumes. Cet homme terriblement méprisant pour les classes sociales qui lui sont «inférieures » (« la valetaille », le « serf stupide ») nous raconte dans son journal qu’il est tombé amoureux de la fille de son directeur, Sophie. L’annonce du début de sa folie est claire dès les premières pages mais celle-ci s’accentue quand il se rend compte que sa position sociale ne lui permet même pas d’oser espérer conquérir le cœur de sa belle et quand il apprend que celle-ci se moque de lui!

À partir de ce moment la folie ne fait que s’accroître, se mêlant au narcissisme, à la paranoïa et à la colère. Face à cette crise d’impossibilité amoureuse et en l’espace de quelques semaines il sombre, pour ne pas dire qu’il se réfugie dans une folie qu’il tente de rationaliser. Il y trouve une logique, établit tout un système qui lui convient et sur laquelle, au contraire de la réalité fortement hiérarchisée, il a le pouvoir!

Cette nouvelle pourrait presque prêter à rire par moments si ce n’était si tragique ; l’épisode des lettres écrites par les deux chiens ou bien quand il se conduit à son travail tel un roi :

Ils s’imaginaient que j’allais signer tout au bas de la feuille : Conseiller titulaire d’un tel. Pensez-vous! Et à l’endroit le plus en vue de la page où signe notre directeur, je traçai : « Ferdinand VIII ».

Il eût fallu voir quel silence respectueux s’établit aussitôt. Mais je me contentai de faire un geste de la main et dis : « Points de marques de soumission, c’est inutile », et je sortis. (p.27)

Plus la folie avance plus ses écrits se font frénétiques et les dates deviennent fantaisistes, inquiétantes même : un jour est noté comme étant « l’an 2000 le 43 avril » et pour un autre il écrit « Pas de date du tout. Le jour était sans date. »

Malgré son délire il est, d’une certaine manière,  lucide et à la fin son désarroi transparaît.

Une nouvelle dont le talent est de restituer la folie de manière, il me semble, réaliste. De plus ce fut l’occasion pour moi de découvrir cet auteur (ukrainien certes mais ayant bien écrit sur la Russie de son époque) très connu de la littérature russe et de percevoir, en filigrane, la rigidité de la hiérarchie bureaucratique dans la Russie du XIXe siècle ainsi que  le traitement infligé aux personnes enfermées dans des asiles d’aliénés à cette époque.

Une nouvelle lecture, réussie,  de la semaine russe… la suite demain ou vendredi! :)

logo semaine russe

LogoUneAnneeEnRussie

12 commentaires:

  1. Gogol est définitivement un auteur que je veux découvrir. Bizarrement, je ne l'ai encore jamais lu et ce texte en particulier m'a toujours inspirée.

    RépondreSupprimer
  2. Karine > je te le conseille vraiment, j'aime beaucoup!

    Anne Sophie > ô oui!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, je n'ai jamais lu Gogol. Pour l'instant il reste une plaisanterie avec mon fils qui lui l'a lu. Ce livre me fait penser à l'univers de Kafka. J'aimerai beaucoup commencer sa découverte avec ce librio. A bientôt...

    RépondreSupprimer
  4. Ce livre me rappelle un module de littérature comparée...Gogol, Dostoïevski...tout un programme!
    (Très belle année 2011)

    RépondreSupprimer
  5. De Gogol, j'ai beaucoup aimé les nouvelles de Petersbourg, dont le Journal d'un fou fait partie... Le nez Le portrait et La perspective Nevski sont particulièrement réussies.

    RépondreSupprimer
  6. Tu me donne de plus en plus envie de lire de la littérature russe ! Faut que je m'y mette.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne connais aussi cet auteur que par les blagues que son nom inspire. Tu me donnes envie de découvrir ce texte.

    RépondreSupprimer
  8. Syl. > lance-toi donc! ^^

    Mirontaine > merci pour tes voeux!

    Kathel > oui j'ai lu "Le Portrait" pour lequel je dois faire le billet et il me reste "La perspective " à découvrir!

    Malo > ça me fait plaisir ça ^^

    Manu > alors n'hésite pas... une quarantaine de pages pour une librio à 2 €... plus d'excuse! ;p

    RépondreSupprimer
  9. Ah, Gogol ... je n'ai pas tout lu de lui, mais j'ai toujours aimé. :)

    RépondreSupprimer
  10. Un auteur que j'aimerais découvrir un jour ! Et cet ouvrage en plus de me tenter entrerait parfaitement dans mon challenge ^^

    RépondreSupprimer
  11. Leiloona > et bien j'ai découvert grâce à ce challenge et pour le moment deux nouvelles lues et j'ai tout beaucoup aimé!

    Cynthia > alors lance-toi! :)

    RépondreSupprimer

Vous pouvez me déposer ici un petit pli...